Le confinement et le ciel étoilé

Bonjour à tous

Ces jours-ci il fait  froid mais plutôt sec. La voûte céleste nocturne est  bien visible, d’autant qu’en ville la pollution a fortement diminué. Poursuivons  le voyage dans notre Univers, cette fois-ci lorsque la rotation de la terre  nous mène dans l’obscurité, tournant le dos au soleil et découvrant le ciel étoilé .

Avant de vous rendre à la fenêtre, je vous invite à aller sur internet pour imprimer «  la  carte du ciel ce jour/Stelvision » . Vous pourrez ainsi repérer facilement les principales étoiles et planètes.

Si vous souhaitez faire cette observation plusieurs jours de suite, ce n’est pas nécessaire de sortir le document chaque fois, car le paysage étoilé  change  très peu  d’un jour à l’autre. Seules les positions de la lune et des planètes évolueront  puisque   les étoiles sont fixes (seuls éléments immobiles  dans l’Univers).  Notre Terre  mettant   365 jours  pour   faire le tour du soleil, son déplacement d’une nuit à l’autre est faible.

Pour vous repérer par rapport à la carte, il n’est pas nécessaire d’avoir une boussole. Si vous avez le soleil dans la matinée, vous êtes orienté  plutôt à l’est. Si vous l’avez autour de midi, plutôt  au sud et en fin d’après-midi plutôt  à l’ouest. Depuis le changement d’heure la  position Terre/Soleil est décalée d’une heure.

Avec cette carte, on regarde le ciel depuis le sol terrestre. Sa perception  nous apparaît comme une sphère, c’est à dire que tout ce qui y est visible semble être à la même distance que nous, ce qui n’est pas le cas. Le cercle  en gris foncé représente ce que vous allez voir d’où vous êtes, c’est-à-dire bien peu par rapport à l’immensité de la voûte terrestre.

Dans cet ensemble visible, je vous propose de repérer les groupes d’ étoiles formant les constellations les  plus significatives. Au cours des siècles, des noms imagés  leur ont été donnés par rapport à leurs formes.  Vous  les retrouverez facilement plus tard quand vous observerez le ciel.

Vous pourrez poursuivre une exploration plus poussée. Sachez qu’une liste officielle des constellations observées  est publiée depuis 1930 .Elle en comporte 88 dont 48 étaient déjà connues et utilisées dans l’Antiquité. Les constellations zodiacales sont aussi notées  et on  observe en particulier  le passage de la lune  dans chacune d’elles.

Entrons dans cette aventure céleste.

Positionnez la Lune. Sa face visible forme une demi-lune  pendant encore quelques jours. Puis  elle va s’arrondir  pour devenir pleine lune le 7 Avril. Elle  sera alors  dans la constellation zodiacale de la Vierge (tous ces aspects sont répertoriés dans le calendrier lunaire mis à la disposition du public).

A  ses côtés en ce moment se trouve la planète Vénus, l’astre le plus brillant après la lune et le soleil. Elle a une coloration légèrement rouge. On l’appelle « l’étoile du berger »,bien qu’elle soit une planète rocheuse comme la terre. Les Anciens lui ont donné ce nom et l’ont considérée comme une étoile car elle est la première à briller dans le ciel nocturne.

Presque en dessous de la lune, il est facile de repérer  la Constellation d’Orion avec sept  étoiles principales. Sa forme rappelle un noeud papillon au milieu duquel il y a  trois étoiles alignées. Elle est donc d’un repérage facile, mais il ne peut se faire qu’en hiver car pendant les autres saisons, elle disparaît de notre horizon. Elle a joué un rôle important dans  les Civilisations Anciennes. Les Grecs lui ont attribué ce nom, la comparant  à un chasseur debout. Elle est aussi nommée« le Chasseur Orion ». Les trois étoiles alignées représentent sa ceinture, on nomme ce trio la« Ceinture d’Orion ». La partie haute du noeud délimite ses épaules. Associée à l’épaule gauche, c’est l’étoile Bételgeuse, une des plus brillantes du ciel,  colorée rouge,  super géante, 600 fois plus grosse que le soleil, mais en fin de vie. Le noeud du bas représente ses  jambes. Une autre étoile brillante Rigel symbolise son genou droit . Elle est jeune, de coloration bleutée.

Sous Orion, à l’est  se trouve la Constellation du Grand Chien avec sa principale étoile  Sirius. Elle est facilement repérable  dans la voûte céleste car on  la voit seule et très brillante.  C’est elle qui brille le plus. Elle est aussi nommée « Etoile du Chien« . Pour la petite histoire, Sirius est le nom que les Grecs ont donné au chien du Chasseur Orion.

La Constellation de la Petite Ourse  se trouve au centre de la grande sphère de la carte  imprimée. Elle est aussi nommée « le Petit Chariot  » et la « Petite Casserole »,au vu de sa forme. Elle est composée de sept étoiles dont l’une joue un rôle très important. Il s’agit de celle située au bout de la queue de la « Casserole » : c ‘est l’Etoile Polaire (Polaris). Elle donne la direction du nord. Visible à l’oeil nu,  elle est un point de repère pour les navigateurs.

La  Constellation de la Grande Ourse est située à l’est de la Petite. On lui donne les mêmes noms que ceux de  sa petite soeur : « Grand Chariot », »Grande Casserole » . Elle est la troisième constellation la plus grande du ciel. Les sept principales, les plus brillantes de l’ensemble,  forment aussi  une casserole.

Dans la Constellation du Taureau (à droite au dessus d’Orion) se trouve un ensemble d’étoiles, elles aussi importantes dans les Civilisations Anciennes : » Les Pléïades », appelées » Les Sept Soeurs » car formées  de sept étoiles  constituant un  petit amas lumineux au centre de la Constellation.  A  observer en haut de celle-ci  une étoile plus lumineuse que les autres  :  « Aldébaran », appelée aussi « LOeil du Taureau ».

IL est encore trop tôt pour voir dans le ciel un cercle brumeux blanchâtre qui semble traverser la voûte céleste : c’est la Voie Lactée .Vous pourrez le voir de fin avril à fin septembre. Les observations  des  astronomes à l’aide de télescopes de plus en plus performants, le définissent comme un disque  épais composé de gaz, de poussières d’étoiles. En fait cette bande délimite  l’espace où nous nous trouvons. La Voie Lactée est le nom donné à notre galaxie.

Au fil du temps les scientifiques ont crée une carte de cette galaxie et se sont fait une idée de  notre position  dans cet ensemble : à peu près à mi-chemin entre le centre et la périphérie. Ils  y ont  recensé environ 300 milliards d’étoiles, dont notre soleil qui est une étoile et non une planète, et au minimum 100 milliards de planètes  avec  en son centre ou Centre Galactique  ce qu’ils  appellent « un Trou noir« .

Cette carte du ciel n’est pas un instantané. Les  constellations que vous venez d’ observer  ne  sont  pas dans le même espace temps que le nôtre. Des années-lumières nous séparent d’elles.

Les astrophysiciens ont calculé que le soleil mettait l’équivalent de 8 minutes pour traverser l’espace et parvenir à nos yeux. Le soleil que vous voyez à un moment précis est donc celui qui se trouvait il y a 8 minutes dans le ciel.

Puisque les étoiles que vous venez d’observer sont encore plus éloignées, le décalage de temps est encore plus grand. Par exemple ils ont calculé  que la lumière de l’étoile polaire mettait 450 ans pour nous parvenir… Ainsi en l’observant ce soir, vous voyez ce qu’elle était il y a 450 ans, au xvi ème siècle, vertigineux…

Vos observations de ce soir ne reflète donc  pas la réalité stellaire de l’instant. Certaines étoiles ont  depuis explosé et  disparu, d’autres sont nées. C’est une image du passé de l’Univers que vous  venez de voir.

Que deviennent les étoiles le jour lorsque la rotation de la terre sur elle- même nous remet face au soleil ? La voûte céleste est toujours là mais on ne la voit plus. Les puissants rayons du soleil nous empêchent de la voir  et leur diffusion traversant l’atmosphère donne  une coloration bleue au ciel qui apparaît noir la nuit et donc propice à l’observation des étoiles.

Je vous laisse doucement quitter l’immensité, revenir sur Terre et peut-être rêver cette nuit, la tête dans les étoiles.

Portez-vous bien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *